La Rue Thiers, la Rue de la Heuse et la Place de l’Etape

La Rue Thiers, la Rue de la Heuse et la Place de l’Etape

La Rue Thiers

Adolphe Thiers, né à Marseille en 1797 et mort à St Germain en Laye en 1877, inhumé au Père Lachaise, est un avocat, journaliste, historien et homme d’état.

Plusieurs fois ministre. Président de la République en 1871, il conclut la paix avec la Prusse au prix de la perte de l’Alsace Lorraine et réprime sévèrement la révolte de la Commune en mai 1871.

La Rue Thiers était formée, mi partie, par les anciennes rues de La Vielle Prison et La Grande Rue.

Jusqu’au XVIIIème siècle, elle était le grand chemin des messageries et des postes. C’est la raison pour laquelle s’y trouvaient beaucoup d’hostelleries, qui avaient pour nom Belle Image, Ecu de France, du Cygne. Ces deux dernières furent achetées par Guy Chrestien en 1705,  l’auteur du manuscrit « Antiquités de la ville de Mantes ».

Aux N° 1 et 3 se trouvait la maison de Gabrielle d’Estrées

Au 5 habita Guy L’Evesque

Au 24 Guy Chrestien

Au 28 le roi Philippe Auguste serait mort le 14 juillet 1223

La Rue de la Heuse

Il n’en reste que le coté Est, après les bombardements de 1944. C’est dans cette rue qu’en 1087, Guillaume le Conquérant se blessa mortellement après avoir incendié la ville.

Le nom de Heuse était donné à une chaussure, qui était une jambière ou botte, et par extension à la jambe elle même. Le Duc de Normandie fut appelé Robert Courte Heuse parce qu’il était petit et avait la jambe courte.

La fontaine renaissance est une reconstitution fidèle de celle qui se trouvait devant le vieil hôtel de ville, détruit en 1944.

L’Hôtel Dieu, devenu musée en 1996, construit sous le règne de Charles VI, servi de prison sous la révolution. Désaffecté en 1854, il abrita ensuite un bal et un music-hall, le « Petit Montmartre ».

Actuellement, ce musée montre une collection importante des tableaux de Maximilien Luce. Il a été réalisé grâce à la générosité de son fils

La Place de l’Etape

Sur cette place, jusqu’au XIXème siècle, faisaient « étape », les voitures qui transportaient les vins des coteaux de la Seine, vins très appréciés et très résistants au transport.

Avant la réfection du pont sur la Seine, la route était très pentue et les voitures des négociants qui devaient la gravir se reposaient et prenaient un attelage supplémentaire au bas de la place.

Le marché de Mantes ou « marché aux femmes », avant d’être transféré devant l’hôtel de ville en 1444, se tenait sur le parvis de Notre Dame.

A l’époque du percement de la rue de l’Eglise en 1854 (rue Stéphane Bonneau), toute la partie de la place entre la rue de la Heuse et du Cloitre Notre Dame était plantée d’arbres. On appelait cet endroit « la Promenade des Arbres Notre Dame ». La célèbre foire St André, ou Foire aux Oignons, se tenait tous les ans sur cette ancienne promenade et les places du Château et de l’Etape.

Dans sa maison située rue Thiers, Gabrielle d’Estrées et Henri IV pouvaient regarder toutes les manifestations qui se déroulaient sur la place.

Malheureusement, sur cette place, il n’y a pas eu que des bons souvenirs car à cet endroit avaient lieu des exécutions capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*